Fusion Auvergne Rhône-Alpes : réactions et perspectives

Le Président de la République propose de passer de 22 régions (en métropole) à 14 régions en fusionnant les régions par bloc comme l’Auvergne avec Rhône-Alpes. Il propose également d’élargir les compétences des conseils régionaux, de supprimer d’ici 2020 les conseils généraux et de revoir la taille et les compétences des intercommunalités. Que penser de cette proposition ?

Les réactions des politiques

Réaction de René Souchon, président de la région Auvergne

  • A l’occasion d’une émission spéciale sur France Bleu Pays d’Auvergne et France Bleu St-Etienne Loire, diffusée ce mardi matin, René Souchon a réagit à l’annonce du Président de la République.

Il a indiqué que la Capitale régionale, « c’est Lyon ». Il faudra « travailler pour avoir des réunions régulières à Clermont-Fd comme les commissions permanentes ». Il faut dire que le nouvel hôtel de la région Auvergne va être inauguré le 21 juin prochain et a coûté 90 millions d’euros ! Il faudra donc l’utiliser. A noter que la région RhôneAlpes a également un nouvel hôtel de région depuis 2 ans dans le nouveau quartier Confluence à Lyon.

Cependant René Souchon alerte sur le destin du Cantal et de l’Allier dans cette nouvelle région. Le Cantal pourrait demander à terme, à être rattaché à la région Midi-Pyrénées. Il faut dire que Aurillac est à plus de 4 heures de route de Lyon.

  • Dans un communiqué de presse, diffusé ce mardi soir, René Souchon indique :

« Lors des dernières semaines, je me suis prononcé, dans l’intérêt de l’Auvergne, considérant son histoire et sa géographie, pour la création d’une grande Région Massif Central. Malheureusement, cette piste, qui avait suscité de nombreux partisans, n’est pas celle qui a été retenue. A présent, il faut donc regarder devant soi. »

« Je accompagnerai totalement ce mouvement structurel qui va permettre de redresser la France en simplifiant l’action publique. Cette fusion doit s’effectuer dans le respect mutuel des spécificités de chacun et, pour ma part, je veillerai au maintien d’une grande présence de proximité du service public régional, notamment à Clermont-Ferrand pour garantir son rôle de métropole ainsi qu’à la prise en compte, impérative, d’un aménagement équilibré de tous les territoires de la future grande Région, qu’ils soient urbains ou ruraux. »

« Nous ne partons pas de nulle part, des coopérations existent déjà. Par exemple avec le groupement d’intérêt public du Massif Central ou encore avec le Cancéropôle Rhône-Alpes / Auvergne. Ces initiatives pilotes vont nous permettre d’avancer sereinement vers d’autres collaborations, par exemple en matière de transports afin que la future Région Auvergne – Rhône-Alpes permette l’émergence d’infrastructures ferroviaires optimisées entre Clermont-Ferrand et Lyon. »

Réaction de Jean-Jack Queyranne, président de la Région Auvergne

Dans un communiqué de presse, il indique : « J’accueille favorablement le projet de fusion entre Rhône-Alpes et l’Auvergne. » (…)  » Je n’ai jamais eu de velléités d’annexion parce que je respecte chaque territoire avec son histoire et son identité. Aujourd’hui, je pense que nous pouvons construire cette grande Région en réunissant toutes les bonnes volontés. »

« Elle doit renforcer nos capacités d’action pour l’emploi, la formation des jeunes, le développement économique et l’environnement. Pour nous, il importe de garantir que chaque composante de nos deux Régions soit traitée sur un pied d’égalité, en garantissant un aménagement équilibré du territoire, la présence des services publics et la relation avec les citoyens.

Je n’entends pas exercer une centralisation des décisions depuis Lyon, mais bien au contraire comme nous le pratiquons, garantir la proximité dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques régionales.  »

Réaction de Laurent Wauquiez, maire du Puy-en-Velay

Laurent Wauquiez est un partisan de ce projet : « il adore la Loire, il aime la région RhôneAlpes. Une partie de la Haute-Loire est tournée vers Saint-Etienne » (…) « Le rattachement naturel et légitime est un rattachement à RhôneAlpes. »

Réaction du Président du Conseil général du Cantal, Vincent Descoeur :

Il réagit sur sa page Facebook : « Rhône-Alpes Auvergne…. Le pire des scénarios qui ignore l’Auvergne et plus grave encore condamne le Cantal parce qu’il consacre l’éloignement des centres de décision, ce que je redoute par dessus tout pour le Cantal, ses projets, ses communes, ses entreprises et demain ses emplois. Un mépris total des élus et des ruraux… »

Les prochaines étapes

  • mercredi 18 juin 2014 : présentation des 2 projets de loi en Conseil des ministres. Le premier projet de loi concerne le découpage des régions et le deuxième projet détaillera l’évolution des compétences des régions et des inter-communalités.
  • Hiver 2014 – 2015 : présentation des 2 projets de loi à l’Assemblée nationale et au Sénat. Vote des 2 projets de loi.
  • Printemps – Eté 2015 : mise en place des nouvelles régions
  • Automne 2015 : élections régionales et communales

Que déduire de cette réforme territoriale ?

  • L’échelon principal de la décentralisation sera la Région.
  • Les conseils généraux vont disparaitre en devenant des coquilles vides. Leur disparition devrait avoir lieu vers 2020.
  • Les inter-communalités devraient avoir des compétences plus claires. A moyen terme, les inter-communalités seront l’échelon de décision au niveau local.
  • Le département reste l’échelon de référence pour les services de l’Etat. Malheureusement, on ne profite pas de cette réforme pour revoir l’organisation de l’Etat au niveau local avec les préfectures, sous-préfectures, services déconcentrés, …

En savoir plus :



Articles à découvrir

3 réponses

  1. Alagnon dit :

    Je suis déçu par la réaction de M. Souchon. Je m’attendais à plus de combativité dans la défense de la région Auvergne. Là, on a l’impression que le démembrement est une fatalité qu’il faut accepter. Un coup de fil de l’Elysée pendant la nuit ?

  2. Gaumet dit :

    Auvergnats ,réveillez- vous; vous n’allez plus être maitre de votre destin

    Nous assistons à une nouvelle étape du déclin de l’Auvergne et de Clermont. Et ça fait mal à la fibre Auvergnate. Apres l’enclavement, la démographie, l’image de la région, voila que Clermont perd son statut de capitale régionale ,ce qui constituait néanmoins un atout pour le developpement regional et l’emploi .
    Je suis sidéré de voir la résignation des élus de toutes tendances devant leur manque de soutient à leur région qu’ils semblent prêts à transférer sans se poser les questions basiques : les Auvergnats sont -ils d’accord?. la fierté auvergnate est elle prête à cette abdication sans reaction?
    Compte tenu de mon experience , je vois mal Rhones Alpes sauver l’ Auvergne;l’ Auvergne ne peut progresser que par la volonté des Auvergnats. On n’ est jamais aussi bien servi que par soit même.
    Le meilleur exemple de ma crainte vis à vis de Rhones Alpes concerne les transports: la disparition du hub aérien de Clermont s’est faite à l’avantage de Lyon Saint Exupéry et les gestionnaires de cet aéroport avec l’appui d’ Air France n’ont pas eu d’etat d’âme pour Clermont qui garde ses coûteuses installations devenues inutiles.
    De plus,le soutient de Rhones Alpes pour la LGV POCL est tout à fait limité voire simplement poli. Enfin ,on voit le peu d’empressement du Grand Lyon à rattacher l’ A89 aux autres autoroutes. A Lyon Part Dieu les trains de la vallée du Rhône n’attendent même pas les correspondances pour Clermont. J’en ai fait les frais depuis Marseille. Clermont compte pour du beurre. Rhones Alpes ne s’interesse pas beaucoup à l’ Agriculture, mis à part les vignobles.
    L’avenir du Massif Central et de l’ Auvergne aurait été une fusion avec le Limousin en respectant nos voisins de la Creuse et de la Corrèze qui en rêvent , cela avait du sens ( region nouvelle Massif Central, agriculture, espaces similaires ,mêmes problèmes…) . Quand on pense qu’il n’y a plus de train entre Clermont et la Correze!
    Mais le pire est devant nous ,il s’agit du risque de dépeçage du Cantal au profit de Midi Pyrénées. Alors que deviendra le Parc des volcans et l’ Auvergne historique.

    Un ingénieur des Ponts en retraite qui aime sa région et ne veut pas la voir disparaitre pour des économies non démontrées. Cette réforme majeure est précipitée et peu réflechie.

  3. Gaumet dit :

    Petite rectification dans mon mail precedent
    A propos des trains à Lyon part Dieu, je voulais dire qu’il n’y a pas de politique de correspondance entre les TER de Clermont et les trains de la vallée du Rhone. merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

<